Archives


[La recherche en 2011]

Muséologie, muséographie et nouvelles formes d'adresse au public

Présentation du projet Étienne-Jules Marey (Beaune, 2010-2011) dans le cadre du colloque Le Musée à distance organisé par l'Institut de recherche et d'innovation (IRI). Mardi 7 juin 2011 - 16h30/19h - Salle Piazza, Centre Pompidou.

Mobilité et motricité

De nombreux travaux théoriques ont mis en évidence l’importance du rôle du corps et de l'engagement moteur, articulant perception et action, lecture/écriture, dans le champ des pratiques culturelles ou éducatives. L’avènement des nouvelles technologies a quelque peu fait passer au second plan l’importance de ces conditions de perception en privilégiant la perception visuelle notamment dans le champ de l'informatique graphique. La motricité comme élément fondamental de la perception des œuvres dans le contexte muséal se pose à nouveaux frais avec la disponibilité de nouvelles interfaces dites gestuelles ou tangibles, permettant par exemple au visiteur d’appréhender un tableau avec un pinceau, une musique avec un clavier, un film avec une caméra, …

Ces IHM gestuelles se sont jusqu’à présent développées parallèlement aux instruments de la mobilité qui nous questionnent sur les enjeux d’ubiquité, d’autonomie et surtout de gestion des temporalités qui se croisent particulièrement dans le musée : temps de l’exposition pensé par son concepteur, temps de la visite effective du visiteur, temps des documents audiovisuels proposés, temps des commentaires ou temps de la « conversation » que l’utilisateur gère à présent sur son mobile connectés à ses réseaux sociaux. Pour aborder cette situation, nous nous proposons de distinguer les deux problématiques de la motricité et de la mobilité, en ce qu’elles modifient la conception des nouvelles formes d’adresse au public, pour mieux analyser par la suite tout l’intérêt de croiser les deux approches.

Dans un premier temps, le séminaire se propose de revenir sur les enjeux théoriques liés au champ de la sensori-motricité: en partant de son importance pour le vivant en général, on soulignera ensuite la spécificité de la situation humaine dans laquelle la majorité des actions corporelles passe par des dispositifs techniques, modifiant ainsi les conditions de l'activité sensori-motrice, que cela soit au niveau de la mobilité ou de la motricité qui s'articulent de tout temps dans l'histoire des techniques.

Partir de cette mise en perspective, nous aborderons la situation artistique. On évoquera la mobilisation de la sensori-motricité dans la production des œuvres artistiques, et dans l'expérience du spectateur. On se demandera en particulier de quelle manière la sensori-motricité engagée par l'expérience muséale soutient l'attention du spectateur.
Enfin, la problématique plus spécifiquement muséologique sera traitée en s'interrogeant sur ce qui fait sa spécificité à l'heure où de nouveaux dispositifs d'interaction entrent dans l'espace du musée.

Le séminaire analysera l'idée que l'introduction de ces dispositifs au musée est l'occasion de faire en sorte que le spectateur ne soit pas dans une passivité, - comme il peut l'être devant l'écran de télévision -, et qu'il retrouve l'engagement moteur, en grande partie absent aujourd'hui.

Plus précisément, le croisement des deux approches, celle de l'engagement moteur, notamment au moyen des interfaces mobiles individuelles, et celle des instruments de la mobilité que sont l'agencement du parcours, la dispositions des œuvres etc., peut s'avérer fructueux si l'on élabore leur articulation. Une telle articulation devrait aussi être pensée non seulement à l'intérieur du musée, mais aussi avant et après la visite, pour inscrire l'expérience muséale dans les parcours et les pratiques plus larges, en ayant pour horizon son intégration dans les processus de socialisation au sens large : les dispositifs utilisés dans et hors du musée pourront alors devenir des outils de dialogue, d’échange, de contribution, de collaboration et de partage.
La question vers laquelle nous nous acheminerons ainsi est celle de nouvelles formes de critique induites par les nouvelles conditions instrumentales de la mobilité et de la motricité.

Programme à télécharger

Intervention : de Fréderic Curien et de Jean-Marie Dallet dans le cadre du colloque Le Musée à distance organisé par l'institut de recherche et d'innovation (IRI). Mardi 7 juin 2011 - 16h30/19h - Salle Piazza, Centre Pompidou.